Un hallucinogène testé pour l’arrêt du tabac

20140920-ph-225-t-hien-nam-ma-thuat-ch-237-nh-l-224-s-225-t-thu-cua-benh-ung-thu-tram-cam-10

La psilocybine contenue dans certains champignons hallucinogènes pourrait aider des fumeurs de longue durée à arrêter de fumer. C’est le résultat d’une petite étude pilote qui a obtenu 80 % de réussite sur un échantillon de 15 fumeurs.

Dans les années 1950-1970, des recherches avaient porté sur l’utilisation d’hallucinogènes pour traiter la dépendance aux drogues (alcool, opioïdes). Ce champ d’étude prometteur avait été abandonné en raison des controverses suscitées par l’usage de tels produits. En 2012, des travaux ont suggéré qu’un traitement utilisant le LSD pouvait aider au sevrage alcoolique. Un article récent paru dans Journal of Psychopharmacology donne les résultats d’une recherche menée à l’université Johns-Hopkins (Baltimore) basée sur l’emploi d’un principe actif des champignonshallucinogènes, la psilocybine, pour le sevrage tabagique.

Dans leur étude, les chercheurs ont recruté 10 hommes et 5 femmes en bonne santé. En moyenne, ceux-ci fumaient 19 cigarettes par jour et leur tabagisme s’étalait sur une durée de 31 ans. Les participants avaient tous essayé à plusieurs reprises d’arrêter de fumer, sans succès. La première dose de psilocybine fut administrée sous la forme d’une pilule à chaque participant le jour où il décida d’arrêter de fumer ; il s’agissait d’une dose modérée de 20 mg/70 kg. Des doses plus élevées (30 mg/70 kg) leur ont été données 2 semaines et 8 semaines plus tard. S’ils le souhaitaient, les participants pouvaient ne recevoir que la dose modérée lors des deux dernières sessions. L’approche clinique comportait aussi une thérapie comportementale.

Pendant chaque séance durant 6 à 7 h, les participants, qui pouvaient écouter de la musique et devaient se reposer, étaient suivis par des membres du personnel de recherche. Au bout de 6 mois, 12 participants sur 15 ont arrêté la cigarette. Du point de vue biologique, le mécanisme exact d’action de la psilocybine n’est pas connu. Mais une hypothèse est que la molécule aide à rompre le flux des pensées et des comportements addictifs qui sont ancrés chez l’individu ayant fumé pendant des années.

article_3101-STR02-FUMEUR

La psilocybine semble plus efficace que les traitements anti-tabac

Le taux de réussite dans cette expérience est de 80 % après 6 mois, bien meilleur que celui des thérapies existantes (si l’on ne tient pas compte de la petite taille de l’échantillon). Ainsi, lavarénicline (Champix) donnerait environ 35 % de réussite, alors qu’elle est considérée comme le médicament le plus efficace pour l’arrêt du tabac. D’après Matthew Johnson, auteur de cette étude, les autres traitements – remplacement par de la nicotine et thérapies comportementales – auraient des taux de succès inférieurs à 30 %.

arreter-fumer

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s