Boostez votre énergie avec les plantes créoles

herboristerie

Le renouveau d’intérêt incontestable pour les plantes médicinales signe un retour vers la nature. Le recours à une médication plus douce que les médicaments de synthèse permet une utilisation prolongée évitant les effets indésirables. La phytothérapie occupe une place de choix dans plusieurs domaines, comme les troubles de l’appareil digestif et locomoteur et bien d’autres affections et maux quotidiens. Plutôt que de les opposer aux médicaments classiques, les remèdes à base de plantes peuvent prendre une place complémentaire dans la prise en charge des affections courantes et ils peuvent être pris en prévention des nombreuses maladies grâce aux dizaines de phytonutriments qu’ils contiennent. Les plantes médicinales, en général bien tolérées, appropriées à certaines maladies, à la fois curatives et préventives, doivent occuper une place importante en thérapeutique.

Des milliers d’études scientifiques ont examiné les composés bioactifs des plantes médicinales tropicales. Un grand nombre de leurs propriétés a ainsi été confirmé et ces travaux ont montré qu’il y a de nombreuses possibilités thérapeutiques dans le règne végétal alors que la chimiothérapie devient de plus en plus compliquée et n’apporte pas toujours les résultats attendus. Ces recherches permettent d’offrir plus de sécurité d’emploi des plantes et elles ouvrent de nouvelles perspectives en matière de prévention et de traitements de nombreuses pathologies.

plantes_ile_reunion

Que ce soit aux Mascareignes ou dans la Caraïbe, les pratiques médicales populaires restent très vivaces malgré l’évolution des mentalités et la menace de la modernité. La population a toujours recours aux plantes pour se soigner et utilise les plantes médicinales pour prévenir et soigner un grand nombre de maladies. Ceci dit, les connaissances de plantes qui guérissent sont de moins en moins transmises oralement de génération en génération au sein de la famille.

Parmi les plantes les plus utilisées à la Réunion, à l’île Maurice et aux Antilles-Guyane figurent des espèces venues d’horizons divers comme la menthe, la citronnelle, le vétiver, le plantain, l’ayapana, la liane poc poc ou bonnet carré, l’oranger amer, l’herbe bouc ou herbe à femme, l’herbe à vers ou herbe botrice, l’orthosiphon, la margose ou gingembre douleur. Les remèdes de la Pharmacopée populaire créole sont généralement réalisés à partir de plantes domestiques dont la majorité est entretenue dans les jardins des maisons, les jardins de case, appelés jardins bo kai en créole antillais, situés généralement à l’arrière des maisons (jardin arrière). C’est aussi avec les herbes des chemins, en créole antillais « rimèd razyé », littéralement remèdes des friches, plantes des haies, des taillis, des fossés et des chemins, que sont préparés les thés et les tisanes créoles. Beaucoup de ces plantes sauvages sont domestiquées dans les jardins familiaux. D’autres plantes, plus rares sont cueillies dans les forêts et dans les mornes environnants mais sont souvent menacées d’extinction.

arton1490

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s